Le chèque énergie, le dispositif qui fait débat

Publié par Samantha le 2 novembre 2014 dans Actualités

L’une des mesures phares de la loi sur la transition énergétique portée par Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, c’est le chèque énergie. Ce dispositif doit aider les ménages les plus modestes à payer leurs dépenses en énergie. Le 11 octobre, l’Assemblée Nationale a voté sa création. Reste à savoir comment il sera mis en oeuvre.

Le chèque énergie, pour financer quoi ?

Radiateur blancLe chèque énergie devra, en premier lieu, aider au financement des factures d’énergie des personnes éprouvant des difficultés à se chauffer et s’éclairer. Onze millions de personnes sont dans cette situation, selon une évaluation de l’Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE), et plus de quatre millions de foyers consacrent plus de 10 % de leur revenu à l’électricité, au chauffage… En cause : les prix de l’énergie qui subissent des hausses constantes, des logements mal isolés, etc.

Le chèque énergie ne sera pas seulement destiné à payer des factures. Il pourra aussi être épargné, afin de créer un capital pour effectuer des travaux d’isolation. Ce sont alors eux qui contribueront à alléger les factures.

A terme, le chèque énergie pourrait également servir à payer des produits de consommation courante permettant des économies d’énergie, comme les ampoules basse consommation. Il pourrait aussi être utilisé pour financer les dépenses de transport.

Le chèque énergie, pour qui ?

Le chèque énergie sera destiné aux ménages les plus modestes, sur un critère de revenus seulement. Ceci est controversé, parce que les revenus ne sont pas le seul élément à prendre en compte. La bonne ou la mauvaise isolation du logement joue considérablement dans la naissance de la précarité énergétique.

Le chèque énergie pourrait être partiellement cumulé avec les tarifs sociaux de l’électricité et du gaz.

Les autres mesures de la loi sur la transition énergétique

La loi sur la transition énergétique inclut d’autres mesures et notamment :

  • réduire de 50 % la part de nucléaire, notamment au profit de l’énergie hydraulique mais surtout des énergies renouvelables.
  • interdire les sacs plastiques non réutilisables à partir de 2016 (hors sacs biosourcés et / ou compostables) et la vaisselle en plastique jetable à partir de 2020./li>
  • la possibilité pour les employeurs de verser une prime aux employés se déplaçant à vélo ou vélo électrique. Celle-ci prendra la forme d’une indemnité kilométrique.
  • l’obsolescence programmée des appareils électriques sera punie comme une tromperie. Il s’agit d’une durée de vie intentionnellement raccourcie lors de la conception du produit ; l’appareil cesse de fonctionner normalement après x utilisations, pour obliger le consommateur à en racheter un neuf. Cette pratique est néfaste pour l’environnement et le pouvoir d’achat des ménages.
  • des travaux de rénovation énergétique seront obligatoires en cas de ravalement, de réfection de toiture ou d’aménagement de nouvelles pièces.
  • les parcs auto devant être renouvelés le seront avec des voitures propres. Cette obligation s’applique à l’Etat, aux collectivités et établissements publics et aux taxis notamment.
Partagez ces bons plans avec votre entourage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *