Rénovation énergétique : les 3 dispositifs à connaître pour 2016 pour réduire sa facture

Publié par Cyril le 14 février 2016 dans Conseils

En ce début d’année, nombreux sont les Français qui se promettent de faire baisser leur facture d’énergie sur l’année à venir. Pour y arriver, la rénovation énergétique s’impose comme une étape obligée. Et nul besoin de se ruiner, grâce à 3 dispositifs gouvernementaux que vous devez impérativement connaître pour 2016.

 

1. L’éco-PTZ (prêt à taux zéro)

Un chauffage alluméL’éco-prêt à taux zéro (ou éco-PTZ) est, comme son nom l’indique, un emprunt sans intérêts permettant aux ménages de financer jusqu’à 30 000 € de travaux de rénovation énergétique. Cet avantage s’adresse à tout propriétaire d’un logement antérieur à 1990, occupant ou bailleur, utilisé comme résidence principale. La durée de remboursement de l’éco-PTZ, fixée à 10 ans, peut être portée à 15 ans pour les travaux les plus lourds. Sans condition de ressources, ce prêt concerne un large éventail de travaux d’amélioration de la performance énergétique des logements anciens : isolation, énergies renouvelables pour chauffe-eau ou chauffage, etc. Pour bénéficier du dispositif, les améliorations du logement en termes de performance énergétique doivent atteindre un seuil minimal, en fonction de la localisation géographique et du type de bien immobilier. La principale nouveauté de l’éco-PTZ pour 2016 réside dans sa condition d’obtention. Selon le ministère du Logement, depuis le 1er janvier 2016, les devis relatifs à l’éco-prêt taux zéro peuvent en effet être fournis “après l’émission de l’offre de prêt”. Par ailleurs, l’octroi de l’éco-PTZ a été prolongé par le gouvernement jusqu’en 2019 sur tout le territoire. Seule obligation : faire appel à un professionnel certifié RGE (reconnu garant de l’environnement). Et si l’éco-PTZ ne couvre pas l’ensemble de vos travaux de rénovation énergétique, pensez au micro-crédit à taux zéro de l’Agence nationale de l’habitat (Anah).

 

2. La prime de rénovation énergétique

Au-delà de ce micro-crédit, l’Agence nationale de l’habitat (Anah) a également introduit au 1er janvier 2016 une nouvelle prime pour la rénovation énergétique. Cette prime ne couvre cependant que 10% des dépenses engagées pour les travaux de rénovation énergétique, avec un plafond fixé en fonction des ressources du ménage. Dans les faits, ce plafond est fixé à 2000 € pour les ménages « très modestes », et 1600 € pour les ménages « modestes ». Selon les chiffres du ministère du Logement, cette subvention pourrait profiter à plus de 50 000 ménages Français sur l’année 2016.

 

3- Le Crédit d’Impôt Transition Energétique (CITE)

Ex-CIDD (Crédit d’Impôt Développement Durable), le CITE correspond en réalité à une réduction d’impôt de 30% sur toute opération éligible réalisée par un professionnel RGE : installation d’une chaudière à condensation, pose de matériaux d’isolation thermique, etc. Prolongé jusqu’à la fin de l’année 2016, ce dispositif fiscal est plafonné sans conditions de ressources à 8000 € pour une personne seule, et 16 000 € pour un couple. A noter que le CITE peut se cumuler avec l’éco-PTZ.

Mais pour une réduction drastique de votre facture d’énergie en 2016, ne vous contentez pas d’une simple rénovation : comparez également les tarifs des fournisseurs d’énergie. Un gisement d’économies accessible en seulement quelques clics, sans bouger de chez vous, grâce aux fonctionnalités avancées d’un comparateur d’énergie en ligne.

Partagez ces bons plans avec votre entourage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *